•  

    J'ai voulu planter un oranger
    Là où la chanson n'en verra jamais
    Là où les arbres n'ont jamais donné
    Que des grenades dégoupillées
    Jusqu'à Derry ma bien aimée
    Sur mon bateau j'ai navigué
    J'ai dit aux hommes qui se battaient
    Je viens planter un oranger
    Buvons un verre, allons pêcher
    Pas une guerre ne pourra durer
    Lorsque la bière et l'amitié
    Et la musique nous ferons chanter
    Tuez vos dieux à tout jamais
    Sous aucune croix l'amour ne se plaît
    Ce sont les hommes pas les curés
    Qui font pousser les orangers
    Je voulais planter un oranger
    Là où la chanson n'en verra jamais
    Il a fleuri et il a donné
    Les fruits sucrés de la liberté
     

     

    Une chanson courte où Renaud dit l'essentiel en peu de mots.

     

    La ballade nord-irlandaise

     


    3 commentaires
  • Plus de 500 000 pages vues depuis le 2 novembre 2012 !!!

    Plus de 500 000...

    Un grand, un grand MERCI à tous !!!

    Je vous aime !!!

    Plus de 500 000...


    7 commentaires
  • Rappelez-vous que, lorsque vous quitterez cette terre,

    vous n'emporterez rien de ce que vous avez reçu - uniquement ce que vous avez donné.

    Saint François d'Assise

     

    Singulière moralité que celle-ci : nous ne laisserons sur cette terre que ce que nous avons accompli par amour. En d'autres termes, les seuls biens qui vaillent sont ceux que l'on ne saurait posséder puisqu'ils se confondent avec ce que les Anciens appelaient le souverain bien pour désigner "l'harmonie de l'âme" (Sénèque) ou "la volonté de bien agir" (Kant). Nous devrions nous inspirer de ces âmes bienveillantes et généreuses pour qui le don, et mieux encore le don de soi, produisent la fructification du bien et la surabondance des bienfaits partagés et transmis.

    La pensée revigorante du jour

    Rappelez-vous...


    2 commentaires
  • L'Homme pauvre n'est pas celui qui n'a rien, c'est celui qui envie.

    Sénèque

     

    Marc Aurèle rappelait que "ce n'est pas la pauvreté qui nous afflige, mais le désir de richesse". Envie, jalousie, convoitise sont ces ennemis sournois tapis dans notre subconscient et qui nous empêche d'avoir des relations saines avec les autres, débarrassées de toutes les brumes de l'égarement. C'est la comparaison qui sépare les hommes, car la psychologie humaine est ainsi faite qu'il est difficile de se réjouir d'un privilège auquel on n'a pas soi-même accès. L'envie est assurément le plus sombre des tracas car "tout manque a celui à qui tout fait envie". Fuyons la convoitise qui nous entraine dans les souterrains obscurs du subconscient. Au contraire, effleurons le désir, le bien-heureux appétit de vivre qui nous enlève et nous élève à tire d'aile vers des rêves altiers et lumineux.

    La Pensée Revigorante du Jour

    L'homme pauvre...

     


    3 commentaires
  • Qui éduque qui ???

    Peut-être est-il plus facile à un chat d'éduquer un homme quà un homme d'éduquer un chat.

    En effet, un chat décidé à vivre avec des êtres humains s'emploie aussitôt à faire en sorte que cette espèce soi-disant supérieure se comporte à son égard de façon appropriée.

    Carl von VECHTEN

    Qui éduque qui ???


    8 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires