• Beaucoup de finesse et de sensibilité dans cette interprétation !







    Ziggy, il s'appelle Ziggy
    Je suis folle de lui
    C'est un garçon pas comme les autres
    Mais moi je l'aime, c'est pas d'ma faute
    Même si je sais
    Qu'il ne m'aimera jamais

    Ziggy, il s'appelle Ziggy
    Je suis folle de lui
    La première fois que je l'ai vu
    Je m'suis jetée sur lui dans la rue
    J'lui ai seulement dit
    Que j'avais envie de lui

    Il était quatre heures du matin
    J'étais seule et j'avais besoin
    De parler à quelqu'un
    Il m'a dit: viens prendre un café
    Et on s'est raconté nos vies
    On a ri, on a pleuré

    Ziggy, il s'appelle Ziggy
    C'est mon seul ami
    Dans sa tête y'a que d'la musique
    Il vend des disques dans une boutique
    On dirait qu'il vit
    Dans une autre galaxie

    Tous les soirs, il m'emmène danser
    Dans des endroits très très gais
    Où il a des tas d'amis
    Oui, je sais, il aime les garçons
    Je devrais me faire une raison
    Essayer de l'oublier... mais

    Ziggy, il s'appelle Ziggy
    Je suis folle de lui
    C'est un garçon pas comme les autres
    Et moi je l'aime, c'est pas d'ma faute
    Même si je sais
    Qu'il ne m'aimera jamais.



    Bonne semaine à tous !


    17 commentaires

  • Un merveilleux duo !



    Quatre mots sur un piano, ceux qu'elle a laissés
    Quatre c'est autant de trop, je sais compter
    Quatre vents sur un passé, mes rêves envolés
    Mais qu'aurait donc cet autre que je n'ai ?
    Ne le saurai-je jamais

    Cas très banal, cliché, dénouement funeste
    Trois moins deux qui s'en vont, ça fait moi qui reste
    Caresses, égards et baisers, je n'ai pas su faire
    La partager me soufflait Lucifer
    Depuis je rêve d'enfer

    Moi j'aurais tout fait pour elle, pour un simple mot
    Que lui donne l'autre que je n'offrirais ?
    Elle était mon vent mes ailes, ma vie en plus beau
    Etait-elle trop belle ou suis-je trop sot ?
    N'aime-t-on jamais assez ?
    Quatre années belles à pleurer, maigre résumé
    Cartes jouées mais la reine s'est cachée
    Quatre millions de silences, de regrets qui dansent
    Les questions, les soupirs et les sentences
    Je préférais ses absences

    Moi j'aurais tant fait pour elle, pour boire à son eau
    Que lui donne l'autre que je n'offrirais ?
    Elle était mon vent mes ailes, ma vie en plus beau
    Mais était-elle trop belle, ou bien nous trop sots ?
    N'aime-t-on jamais assez

    Vous étiez ma vie comme la nuit et le jour
    Vous deux, nouez, filiez mon parfait amour
    Un matin vous m'avez condamnée à choisir
    Je ne vous aimais qu'à deux
    Je vous laisse, adieu
    Choisir serait nous trahir

    Mais qu'aurait donc cet autre que je n'ai ?
    Ne le saurai-je jamais ?
    La partager me soufflait Lucifer
    Depuis je rêve d'enfer




    46 commentaires

  • La Vie ne vaut rien..................mais rien ne vaut la Vie !





    Il a tourné sa vie dans tous les sens
    Pour savoir si ça avait un sens l'existence
    Il a demandé leur avis à des tas de gens ravis
    Ravis, ravis, de donner leur avis sur la vie
    Il a traversé les vapeurs des derviches tourneurs
    Des haschich fumeurs et il a dit

    La vie ne vaut rien, rien, rien, la vie ne vaut rien
    Mais moi quand je tiens, tiens,
    Là dans mes mains éblouies,
    Les deux jolis petits seins de mon amie,
    Là je dis rien, rien, rien, rien ne vaut la vie,

    Il a vu l'espace qui passe
    Entre la jet set les fastes, les palaces
    Et puis les techniciens de surface,
    D'autres espèrent dans les clochers, les monastères
    Voir le vieux sergent pépère mais ce n'est que Richard Gere,
    Il est entré comme un insecte sur site d'Internet
    Voir les gens des sectes et il a dit

    La vie ne vaut rien, rien, rien, la vie ne vaut rien
    Mais moi quand je tiens, tiens,
    Là dans mes mains éblouies,
    Les deux jolis petits seins de mon amie,
    Là je dis rien, rien, rien, rien ne vaut la vie

    Il a vu manque d'amour, manque d'argent
    Comme la vie c'est détergeant
    Et comme ça nettoie les gens,
    Il a joué jeux interdit pour des amis endormis,
    Et il a dit

    La vie ne vaut rien, rien, rien, la vie ne vaut rien
    Mais moi quand je tiens, tiens,
    Là dans mes mains éblouies,
    Les deux jolis petits seins de mon amie,
    Là je dis rien, rien, rien, rien ne vaut la vie.


    Une petite merveille d'émotion contenue !


    Bon dimanche à tous !






    33 commentaires

  • Une très belle interprétation !




    Les Enfoirés - L'amitié (CLIP)



    Beaucoup de mes amis sont venus des nuages
    Avec soleil et pluie comme simples bagages
    Ils ont fait la saison des amitiés sincères
    La plus belle saison des quatre de la Terre

    Ils ont cette douceur des plus beaux paysages
    Et la fidélité des oiseaux de passage
    Dans leurs cœurs est gravée une infinie tendresse
    Mais parfois dans leurs yeux se glisse la tristesse
    Alors, ils viennent se chauffer chez moi
    Et toi aussi, tu viendras

    Tu pourras repartir au fin fond des nuages
    Et de nouveau sourire à bien d'autres visages
    Donner autour de toi un peu de ta tendresse
    Lorsqu'un autre voudra te cacher sa tristesse

    Comme l'on ne sait pas ce que la vie nous donne
    Il se peut qu'à mon tour je ne sois plus personne
    S'il me reste un ami qui vraiment me comprenne
    J'oublierai à la fois mes larmes et mes peines
    Alors, peut-être je viendrai chez toi
    Chauffer mon cœur à ton bois


    24 commentaires


  • Une chanson qui me donne des frissons à chaque fois que je l'entends




    Florent Pagny, Chanter Pour ne pas cesser de vivre...



    Chanter, pour oublier ses peines,
    Pour bercer un enfant, chanter...
    Pour pouvoir dire "Je t'aime..."
    Mais chanter tout le temps...

    Pour implorer le ciel ensemble,
    En une seule et même église,
    Retrouver l'essentiel... et faire...
    Que les silences se brisent...

    En haut des barricades,
    Les pieds et poings liés,
    Couvrant les fusillades,
    Chanter sans s'arrêter...

    Et faire s'unir nos voix,
    Autour du vin qui ennivre,
    Chanter quelqu'un qui s'en va,
    Pour ne pas cesser de vivre...

    Quelqu'un qui s'en va
    Pour ne pas cesser de vivre...

    Chanter,
    Celui qui vient au monde...l'aimer...
    Ne lui apprendre que l'Amour,
    En ne formant qu'une même ronde,
    Chanter encore et toujours...

    Un nouveau jour vient d'éclore...
    Pouvoir encore s'en emerveiller,
    Chanter malgré tout toujours plus fort...
    Ne plus faire que chanter...

    Et faire s'unir nos voix,
    Autour du vin qui ennivre,
    Chanter quelqu'un qui s'en va,
    Pour ne pas cesser de vivre...

    Oohhooohoo
    Je ne sais faire que Chanter,
    Pour quelqu'un qui s'en va
    Pour ne pas cesser de vivre...

    Chanter,
    Pour oublier ses peines.
    Pour bercer un enfant... chanter...
    Pour pouvoir dire "je t'aime !"
    Chanter tout le temps

    En haut des barricades,
    Les pieds et poings liés,
    Couvrant les fusillades,
    Chanter sans s'arrêter...

    Et faire s'unir nos voix,
    Autour du vin qui ennivre,
    Chanter quelqu'un qui s'en va,
    Pour ne pas cesser de vivre...

    Ohooo
    Je ne sais faire que chanter
    Pour quelqu'un qui s'en va

    37 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique