•  

     

    Nous recherchons tous le bonheur alors pourquoi le fuir, sans doute pour ne pas être malheureux un jour... mais n'est il pas préférable d'être malheureux et l'avoir connu...

     

     

     

     

     

    Fuir le bonheur de peur qu'il ne se sauve
    Que le ciel azuré ne vire au mauve
    Penser ou passer à autre chose
    Vaudrait mieux


    Fuir le bonheur de peur qu'il ne se sauve
    Se dire qu'il y a over the rainbow
    Toujours plus haut le ciel above
    Radieux croire aux cieux croire aux dieux
    Même quand tout nous semble odieux
    Que notre coeur est mis à sang et à feu

    Fuir le bonheur de peur qu'il ne se sauve
    Comme une petite souris dans un coin d'alcôve
    Apercevoir le bout de sa queue rose
    Ses yeux fiévreux

    Fuir le bonheur de peur qu'il ne se sauve
    Se dire qu'il y a over the rainbow
    Toujours plus haut le soleil above
    Radieux Croire aux cieux croire aux dieux
    Même quand tout nous semble odieux
    Que notre coeur est mis à sang et à feu

    Fuir le bonheur de peur qu'il ne se sauve
    Avoir parfois envie de crier sauve
    Qui peut savoir jusqu'au fond des choses
    Est malheureux

    Fuir le bonheur de peur qu'il ne se sauve
    Se dire qu'il y a over the rainbow
    Toujours plus haut le ciel above
    Radieux Croire aux cieux croire aux dieux
    Même quand tout nous semble odieux

    Que notre coeur est mis à sang et à feu
    Fuir le bonheur de peur qu'il ne se sauve
    Dis-moi que tu m'aimes encore si tu l'oses
    J'aimerais que tu trouves autre chose
    De mieux

    Fuir le bonheur de peur qu'il ne se sauve
    Se dire qu'il y a over the rainbow
    Toujours plus haut le ciel above
    Radieux

     

     

     

     

    Bon week-end à tous !

     

     



    16 commentaires
  •  

     

    C'est le générique de la série TV "Sur le Fil" diffusée sur France 2 (la saison 3 a débuté hier soir).


    J'aime beaucoup cette mélodie tout comme la Série, elle est très réaliste et tout y est : suspens, humour, complicité, respect, tendresse...J'adore...

     

     

     

     

     

     

     

    I hear your breath, I feel your body shake
    I hear your voice but you just desappeared
    I realised that it was just a dream
    I wait for you!
     
    And now she's gone you have to realise
    I hear your cries just behind the wall
     
    Lay down and close your eyes
    No more pain in your heart
    No you can give up to fight
     
    Lay down and close your eyes
    No more pain in your heart
    Now you can give up to fight
     
    And now she's gone you have to realise
    I hear your cries just behind the wall
    You make me feel so down
    No more pain, no cries
     
    Lay down and close your eyes
    No more pain in your heart
    Now you can give up to fight
     
    Lay down and close your eyes
    No more pain in your heart
    Now you can give up to fight

     


    Bon week-end à tous !



    14 commentaires

  • La France perd l'un de ses plus grands poètes, dans la lignée de Brassens, Brel et Ferré...

    Il a toujours refusé le star system. C'était un homme de gauche et un poète d'une douceur extrème, d'une sensibilité très forte.


    Il laisse derrière lui plusieurs titres qui ont marqué la chanson française, dont la Montagne (un hymne pour tous les Ardéchois), Aimer à perdre la raison, Que serais-je sans toi, La femme est l'avenir de l'homme, ou encore Nuit et brouillard qui évoque la déportation "ils étaient vingt et cent, ils étaient des milliers, nus et maigres tremblants dans leurs wagons plombés..." Mais ce titre sera censuré par la Radio tout comme Potemkine, lui aussi interdit d'antenne.








    Le poète a toujours raison
    Qui voit plus haut que l'horizon
    Et le futur est son royaume
    Face à notre génération
    Je déclare avec Aragon
    La femme est l'avenir de l'homme

    Entre l'ancien et le nouveau
    Votre lutte à tous les niveaux
    De la nôtre est indivisible
    Dans les hommes qui font les lois
    Si les uns chantent par ma voix
    D'autres décrètent par la bible

    Le poète a toujours raison
    Qui détruit l'ancienne oraison
    L'image d'Eve et de la pomme
    Face aux vieilles malédictions
    Je déclare avec Aragon
    La femme est l'avenir de l'homme

    Pour accoucher sans la souffrance
    Pour le contrôle des naissances
    Il a fallu des millénaires
    Si nous sortons du moyen âge
    Vos siècles d'infini servage
    Pèsent encor lourd sur la terre

    Le poète a toujours raison
    Qui annonce la floraison
    D'autres amours en son royaume
    Remet à l'endroit la chanson
    Et déclare avec Aragon
    La femme est l'avenir de l'homme

    Il faudra réapprendre à vivre
    Ensemble écrire un nouveau livre
    Redécouvrir tous les possibles
    Chaque chose enfin partagée
    Tout dans le couple va changer
    D'une manière irréversible

    Le poète a toujours raison
    Qui voit plus haut que l'horizon
    Et le futur est son royaume
    Face aux autres générations
    Je déclare avec Aragon
    La femme est l'avenir de l'homme








    Ferrat - Aimer à perdre la raison



    Aimer à perdre la raison
    Aimer à n'en savoir que dire
    A n'avoir que toi d'horizon
    Et ne connaître de saisons
    Que par la douleur du partir
    Aimer à perdre la raison


    Ah c'est touj
    ours toi que l'on blesse
    C'est toujours ton miroir brisé
    Mon pauvre bonheur ma faiblesse
    Toi qu'on insulte et qu'on délaisse
    Dans toute chair martyrisée


    Aimer à perdre la raison
    Aimer à n'en savoir que dire
    A n'avoir que toi d'horizon
    Et ne connaître de saisons
    Que par la douleur du partir
    Aimer à perdre la raison



    La faim, la fatigue et le froid
    Toutes les misères du monde
    C'est par mon amour que j'y crois
    En elle je porte ma croix
    Et de leurs nuits ma nuit se fonde



    Aimer à perdre la raison
    Aimer à n'en savoir que dire
    A n'avoir que toi d'horizon
    Et ne connaître de saisons
    Que par la douleur du partir
    Aimer à perdre la raison








             
    Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre
    Que serais-je sans toi qu'un cœur au bois dormant
    Que cette heure arrêtée au cadran de la montre
    Que serais-je sans toi que ce balbutiement

    J'ai tout appris de toi sur les choses humaines
    Et j'ai vu désormais le monde à ta façon
    J'ai tout appris de toi comme on boit aux fontaines
    Comme on lit dans le ciel les étoiles lointaines
    Comme au passant qui chante on reprend sa chanson
    J'ai tout appris de toi jusqu'au sens du frisson

    Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre
    Que serais-je sans toi qu'un cœur au bois dormant
    Que cette heure arrêtée au cadran de la montre
    Que serais-je sans toi que ce balbutiement

    J'ai tout appris de toi pour ce qui me concerne
    Qu'il fait jour à midi qu'un ciel peut être bleu
    Que le bonheur n'est pas un quinquet de taverne
    Tu m'as pris par la main dans cet enfer moderne
    Où l'homme ne sait plus ce que c'est qu'être deux
    Tu m'as pris par la main comme un amant heureux

    Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre
    Que serais-je sans toi qu'un cœur au bois dormant
    Que cette heure arrêtée au cadran de la montre
    Que serais-je sans toi que ce balbutiement

    Qui parle de bonheur a souvent les yeux tristes
    N'est-ce pas un sanglot de la déconvenue
    Une corde brisée aux doigts du guitariste
    Et pourtant je vous dis que le bonheur existe
    Ailleurs que dans le rêve ailleurs que dans les nues
    Terre terre voici ses rades inconnues

    Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre
    Que serais-je sans toi qu'un cœur au bois dormant
    Que cette heure arrêtée au cadran de la montre
    Que serais-je sans toi que ce balbutiement



    Bon dimanche à tous !






    29 commentaires




  • Lara Fabian - Je t'aime



    D'accord, il existait d'autres façons de se quitter
    Quelques éclats de verre auraient peut-être pu nous aider
    Dans ce silence amer, j'ai décidé de pardonner
    Les erreurs qu'on peut faire à trop s'aimer

    D'accord la petite fille en moi souvent te réclamait
    Presque comme une mère, tu me bordais, me protègeais
    Je t'ai volé ce sang qu'on aurait pas dû partager
    A bout de mots, de rêves je vais crier
    Je t'aime, je t'aime
    Comme un fou comme un soldat
    comme une star de cinéma
    Je t'aime, je t'aime
    Comme un loup, comme un roi
    Comme un homme que je ne suis pas
    Tu vois, je t'aime comme ça

    D'accord je t'ai confié tous mes sourires, tous mes secrets
    Même ceux, dont seul un frère est le gardien inavoué
    Dans cette maison de pierre, Satan nous regardait danser
    J'ai tant voulu la guerre de corps qui se faisaient la paix
    Je t'aime, je t'aime
    Comme un fou comme un soldat
    comme une star de cinéma
    Je t'aime, je t'aime
    Comme un loup, comme un roi
    Comme un homme que je ne suis pas
    Tu vois, je t'aime comme ça




    desrosesreouges






    Heureux dimanche à tous !!!





    35 commentaires

  • Un texte bouleversant....




    Florent Pagny - N'importe Quoi




    Dis-moi, pourquoi t'es comme ça ?
    Pourquoi ça va pas ?
    Pourquoi t'essaies pas ?
    Pourquoi tu veux pas ?

    Dis-moi, pourquoi tu souris ?
    Et pourquoi tu pleures ?
    Pourquoi t'as envie ?
    Et pourquoi t'as peur ?

    Dis-moi, pourquoi tu dis ça ?
    Pourquoi t'y crois pas ?
    Pourquoi t'y crois plus ?
    Pourquoi tu sais plus ?

    Tu vois, tu retrouves plus ta rue.
    T'as paumé l'étage.
    J'crois bien qu't'es perdue.
    Tu marches pas, tu nages.

    {Refrain:}
    Et là, tu crois
    Qu'je vais rester là sans rien dire ?
    Ah oui, tu crois
    Qu'je vais rester planté là
    A te voir partir dans tes délires
    Et te laisser faire n'importe quoi ?

    Dis-moi, pourquoi tu fais ça ?
    Pourquoi t'arrêtes pas ?
    Tu te fous en l'air.
    Ça a l'air de t'plaire.

    Pourquoi, pourquoi tu comprends pas
    Que c'est pas vrai tout ça
    Que tu reviendras pas
    Si tu t'en vas par là ?

    {Refrain}

    Dis-toi, qu't'es en train de partir
    Tu t'es trompée d'navire
    T'as cassé ta dérive
    T'es en train d'te couler.

    Et moi, moi tu m'as oublié.
    Moi, tu y as pas pensé
    Tu m'as juste laissé
    Le droit de la fermer.

    {Refrain}

    Oh oh oh oh oh oh
    Oh oh oh oh oh oh





    24 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique