• L'espiègle reflet

    L'espiègle reflet

    L'espiègle reflet

     

    Ce chat aperçut un miroir ;

    Il y saute, regarde, et d'abord pense voir

    Un de ses frères qui le guette.

    Notre chat veut le rejoindre, il se trouve arrêté.

    Surpris, il juge alors la glace transparente,

    Et passe de l'autre côté,

    Ne trouve rien, revient, et le chat se présente.

    Il réfléchit un peu : de peur que l'animal,

    Tandis qu'il fait le tour, ne sorte.

    Sur le haut du miroir il se met à cheval,

    Deux pattes par ici, deux par là ; de la sorte

    Partout il pourra le saisir.

    Alors, croyant bien le tenir,

    Doucement vers la glace, il incline la tête,

    Aperçoit une oreille, puis deux... A l'instant,

    A droite, à gauche il va jetant

    Sa griffe qu'il tient toute prête :

    Mais il perd l'équilibre, il tombe et n'a rien pris.

     

    Jean-Pierre CLARIS de FLORIAN

    Fables

    L'espiègle reflet

     

     

     


    6 commentaires
  • Tout animal est supérieur à l'homme parce qu'il y a en lui de divin, c'est à dire par l'instinct. Or de tous les animaux, le chat est celui chez lequel l'instinct est le plus persistant, le plus impossible à tuer. Sauvage ou domestique, il reste lui-même, obstinément, avec une sérénité absolue, et aussi rien ne peut lui faire perdre sa beauté et sa grâce suprême. Il n'y a pas de condition si humble et si vile qui arrive à le dégrader, parce qu'il n'y consent pas, et qu'il garde toujours la seule liberté qui puisse être accordée aux créatures, c'est à dire la volonté et la résolution arrêtée d'être libre. Il l'est en effet, parce qu'il ne se donne que dans la mesure où il le veut, accordant ou refusant à son gré son affection et ses caresses, et c'est pourquoi il reste beau, c'est à dire semblable à son type éternel. Prenez deux chats, l'un vivant dans quelque logis de grande dame ou de poète, sur les moelleux tapis, sur les divans de soie et les coussins armoriés, l'autre étendu sur le carreau rougi, dans un logis de vieille fille pauvre, ou pelotonné dans une loge de portière, eh bien ! Tous deux auront au même degré la noblesse, le respect de soi-même, l'élégance à laquelle le chat ne peut renoncer sans mourir.

    Théodore de BANVILLE

    Les animaux chez eux

    La quintessence de l'élégance

     


    votre commentaire
  • Un esthète au goût exquis

    Les chattes adorent les étoffes soyeuses, les tapis chauds et sourds qui protègent les pattes roses contre l'humidité redoutée, et les crépines dorées qui pendent des rideaux comme pour solliciter la jouerie enfantine, et les divans moelleux où elle et ses petits endormis font si bien ; ou la chatte fait bien encore, c'est dans la corbeille élégante qui décore le marbre blanc des comptoirs des limonadiers, près de la jeune fille qui pose pour attirer les chalands.

    Qui prend tant de soins de sa toilette doit chérir les parfums ; la chatte raffole d'essences ; la valériane la met hors d'elle. La chatte avait découvert, plus de mille ans avant les chimistes modernes, la propriété désinfectante de la braise et du charbon.

    Alphonse TOUSSENEL

    1803 - 1885

    L'esprit des bêtes, zoologie passionnelle, mammifères de France

    1853 - 1855

    Un esthète au goût exquis

     


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique