• Pluie de Raymond CARVER

    Réveillé ce matin avec

    une envie terrible de rester au lit toute la journée

    et de lire. M'y suis opposé quelques minutes.

     

    Ai regardé la pluie à travers la fenêtre

    Et lâché prise. Me mettant entièrement

    à l'abri de ce matin pluvieux.

     

    Serais-je prêt à revivre ma vie ?

    Avec les mêmes erreurs impardonnables ?

    Oui, si c'était seulement possible. Oui.

    Pluie de Raymond CARVER


    2 commentaires
  • Berceuse 

    Elysée

     

    Endormons-nous, petit chat noir blanc.

    Voici que j'ai mis l'éteignoir

    Sur la chandelle.

    Tu vas penser à des oiseaux

    Sous bois, à de félins museaux...

    Moi rêver d'elle.

     

    Nous n'avons pas pris de café,

    Et dans mon lit bien chauffé

    (Qui veille pleure)

    Nous dormirons, pattes dans bras.

    Pendant que tu ronronneras,

    J'oublierai l'heure.

     

    Sous tes yeux fins, appesantis,

    Reluiront les oaristys

    De la gouttière.

    Comme chaque nuit, je croirai

    La voir, qui froide a déchiré

    Ma vie entière.

     

    Et ton cauchemar sur les toits

    Te dira l'horreur d'être trois

    Dans une idylle.

    Je subirai les yeux railleurs

    De son faux cousin, et ses pleurs

    de crocodile.

     

    Si tu t'éveilles en sursaut

    Griffé, mordu, tombant du haut

    Du toit, moi-même

    Je mourrai sous le coup félon

    d'une épée au bout du bras long

    Du fat qu'elle aime.

     

    Puis hors de lit, au matin gris,

    Nous chercherons, toi, des souris,

    Moi, des liquides

    Qui nous fassent oublier tout,

    Car au fond, l'homme et le matou

    Sont bien stupides.

     

    Charles Cros

    1842 - 1888

    Le coffret de santal (1873)

     

    Berceuse


    3 commentaires
  • D'où viens tu ?

    Chat, chat, d'où viens-tu ?

    Je viens du fond de la nuit

    Je viens de jouer sans bruit

    Avec le vent et la lune.

     

    Chat, chat, d'où viens-tu ?

    Je viens d'aiguiser mes dents

    A l'or du soleil levant,

    Je l'ai cardé de mes griffes.

     

    Chat, chat, d'où viens-tu ?

    Je viens de lustrer mon corps

    Sous la pluie des gouttes d'or,

    Et ma fourrure étincelle.

     

    Chat, chat d'où viens-tu ?

    D'un pays silencieux

    Qui dort au fond de mes yeux

    A l'abri de mes paupières.

     

    Chat, chat , d'où viens-tu

    D'n pays où je suis roi

    Moi, j'en viens, vous n'irez pas

    Vous n'irez pas Demoiselle !

     

    Louisa PAULIN

    1969

    D'où viens tu ?

     


    8 commentaires
  • A une chatte blanche

    Chatte blanche, chatte sans tache,

    Je te demande, dans ces vers,

    Quel secret dort dans tes yeux verts,

    Quel sarcasme sous ta moustache.

     

    Tu nous lorgnes, pensant tout bas,

    Que nos fronts pâles, que nos lèvres,

    Déteintes en de folles fièvres,

    Que nos yeux creux ne valent pas.

     

    Ton museau que ton nez termine

    Rose comme un bouton de sein,

    Tes oreilles dont le dessin

    Couronne fièrement ta mine.

     

    Pourquoi cette sérénité ?

    Aurais-tu la clef des problèmes

    Qui nous font frissonnants et blêmes,

    Passer le printemps et l'été ?

     

    Devant la mort qui nous menace,

    Chats et gens, ton flair, plus subtil

    Que notre savoir, te dit-il

    Où va la beauté qui s'efface,

     

    Où va la pensée, où s'en vont

    Les défuntes splendeurs charnelles ?

    Chatte, détourne tes prunelles ;

    J'y trouve trop de noir au fond.

     

    Charles CROS

    1842 - 1888

    Le coffret de santal (1873)

     

    A une chatte blanche

     

     


    4 commentaires
  • De Alfred RUFFIN, le livre des chats

    Elysée

    Depuis que j'ai brisé d'un coude maladroit

    Mon beau vase de Chine au galbe inimitable,

    Mon chat (il ose tout !) s'est arrogé le droit

    de me le remplacer sur le bout de ma table.

    [...]

    Il m'observe ! Et, s'il feint de dormir un moment

    D'un crayon je l'agace afin qu'il se réveille ;

    Son regard tombe alors sur moi sévèrement,

    Et je travaille mieux, sachant qu'il me surveille.

    Alfred RUFFIN

    Le livre des chats

    De Alfred RUFFIN, le livre des chats

     

     

     


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique